Activités

  • Sarah a publié une note il y a 3 ans et 3 mois

    Bonsoir à toutes , j’ai trouver ce site en tapant sur internet fatigue tristesse cris maltraitance et je suis tombée sur l’épuisement maternel puis sur un vidéo d’un reportage parlant de Madame ALLENOU et j’ai regarder cela en pleure car cela aurait pu être mes mots ! Aujourd’hui je suis fatiguée épuisée triste en colère contre moi même je me sens nul je me sens mauvaise pour mes enfants et ils ne méritent pas cela et moi aussi j’ai plus d’une fois penser a partir je suis devenu un monstre tout ce que j’ai toujours rejeter je le suis devenu aujourd’hui alors oui clairement j’aimerais crier au secours c’est un appel au secours mais en vérité j’écris sans grande conviction comment changer cela ? est ce possible ? est ce possible d’être de nouveaux heureuse de j’en suis arrivée a un point ou j’ai parfois l’impression de ne pas aimer mes enfants ou qu »une partie de moi ne les aime pas comment ais je pu en arriver la ????

    • Bonsoir Sarah
      Quels ages ont vos enfants ? Avez vous des personnes « ressources » autour de vous (famille, amis) qui pourraient vous soulager et trouver un peu de temps pour souffler et penser à vous ? Y a t il des structures d’accueil (multi accueil, activités pour les vacances) où vos enfants pourraient
      y passer quelques heures dans la semaine et vous libérer ? je ne doute pas que vous aimiez vos enfants et qu’en même temps vous puissiez avoir des sentiments ambivalents à leur égard, c’est tout à fait normal et cela ne fait pas de vous un monstre comme vous le dîtes
      C’est toujours possible de changer les choses, pas toujours aussi vite qu’on le voudrait. Gardez confiance et sollicitez de l’aide autour de vous
      pour vous aider à traverser cette passe compliquée
      N’hésitez pas à me donner de vos nouvelles, pouvoir mettre des mots sur ses difficultés et les partager est déjà une étape
      Bon courage

    • Maria a répondu il y a 3 ans

      oui c’est possible on peut « revenir » de l’état de non-amour, de déception voire de rage mais il faut pouvoir s’écouter aussi et compter sur des relais, avez vous une famille qui vous aide ? des copines ? sortez-vous ? travaillez vous ? en fonction il y a beaucoup de choses à dire, n’hésitez pas si vous voulez parler

    • Bonjour Sarah, je comprends tellement bien ce que vous expliquez ! C’est le mécanisme insidieux de l’épuisement maternel. Un cercle vicieux se met en place. Alors qu’on essaie toujours de faire mieux, cela nous renvoi à une image très négative de nous-même. La bonne nouvelle c’est qu’il est possible d’inverser la tendance. Bien sur cela ne va pas se faire en deux jours mais vraiment la récupération est possible. Ce sont souvent de très petites choses réussies qui nous aident à nous voir enfin positivement. Et puis il y aussi la question du plaisir. A l’époque où mes enfants sont entrés à l’école, j’avais rejoints un peu par hasard un groupe de femmes qui travaillaient avec un coach sur la question du bonheur. Ce coach nous permettait de mettre le doigt chaque jour sur un petit plaisir comme prendre un café tranquille, lire un article intéressant, appeler une amie, regarder de jolies choses…voir un scetche de Florence Forestie…
      Au fil du temps, chacune de nous réalisait que notre vie n’était pas complètement négative. Et le travail s’appuyait sur ces petites choses.
      Ce que vous vivez est passagé, vous allez récupérer ! Où en êtes-vous aujourd’hui ? La rentrée des classes a-t-elle modifié des choses ? Racontez-nous ce que vous arrivez à mettre en place.