Activités

  • Profinette a publié une note il y a 2 ans et 11 mois

    Bonjour,

    Je suis à la fois ravie de découvrir ce forum qui me montre que je suis loin d’être seule à vivre cet épuisement et à la fois triste de constater la banalité commune de cette souffrance parentale. En ce qui me concerne, même si je sentais bien que je réagissais, fatiguée et déçue par mes enfants, au quart de tour…jamais je n’aurais dit être victime de burn-out….C’est mon corps qui a lâché et je suis en arrêt maladie ( crises répétées d’angoisse avec insomnies, vertiges et autres malaises inquiétants). Je résiste aux traitements médicamenteux, préférant le shiatsu masi c’est surtout le fond que je dois traiter…et la je ne sais pas comment faire….car face à l’attitude anxieuse et opposante de mon aîné de 10 ans depuis des années ( profil enfant précoce), je suis démunie…quand son petit frère l’imite, c’est difficile à gérer…et pour me distraire, on ajoute un poste de prof de college qui me met la pression et une famille inexistante à part un mari qui fatigue aussi pas mal…je pense qu’on doit trouver un rééquilibrage familial…une thérapie? Ou moi je dois apprendre à lâcher, mais c’est pas naturel chez moi….
    Bref, est-ce qu’on pourrait me diriger vers des structures? Nous sommes au Nord de Nantes.
    Merci beaucoup encore d’avoir créer ce forum dont l’existence rassure déjà.

    • Bonjour et bienvenue parmi nous !
      J’ai souvent rencontré des mamans qui ne réussissaient pas à mettre le mot « épuisement » sur leur mal-être; pas si simple de faire le tri entre fatigue, déception, énervement, tristesse, agressivité, sentiment d’impuissance et j’en passe. Finalement le corps est un bon indicateur puisqu’il révèle ce que les mots ne peuvent dire.
      Pouvez-vous nous expliquer en quoi vous êtes déçue par vos enfants ? C’est intéressant de se poser cette question car on peut imaginer que vous aviez des attentes. Je suppose que d’autres parents ici vivent cette déception. Racontez-nous !

      • Bonsoir,
        Être déçue par mes enfants me culpabilise car je ne devrais pas avoir d’attente concernant une éventuelle gratitude…c’est le propre des enfants de tout recevoir de leur maman sans la remercier….plus sérieusement, c’est plutôt de les voir ( surtout le grand) tout dénigrer, critiquer, râler…ce qui ne me semble pas un signe d’épanouissement et de bonheur…or, comme toute maman, je souhaite leur bien-être…Les voir réagir négativement de façon récurrente est usant et décevant pour nous, les parents…ca nous renvoie une image d’échec…et nous ralons à notre tour…alors que nous rêvons d’un climat apaisé!

        Est-ce qu’une thérapie familiale nous serait utile? Ou seulement un lieu d’accueil ou de discussion? L’isolement me pèse….d’autres maman ont-elles tenté ce genre de lieu ? Quels bienfaits retirés ?

        Merci pour la réponse.

        • Je vis un peu la même chose avec l’un de mes jumeaux qui est toujours malheureux de quelque chose. Même dans les meilleurs moments, il y a toujours un truc qui ne va pas et c’est ça qu’il retient, d’où son insatisfaction permanente qu’il sait bien nous montrer. Les autres aussi sont très râleurs. Comme vous j’en ai eu marre et marre de me sentir jamais assez bien pour les rendre heureux. Et puis je me suis dis que je faisais quand même beaucoup pour eux, parfois trop et qu’un peu de frustration remettrai les choses à leur place. Donc maintenant je dis « non » à certaines de leur sollicitations surtout quand ils n’ont pas fait ce que je demande : service de la table et du débarrassage du lave-vaisselle, chambre rangée, travail fait…
          Je les laisse râler. De toute manière que je dise oui à tout ou non à tout; ils râlent, Je fais donc ce que je veux et oublie leur jérémiades. Terminée l’image d’échec !
          J’explique aussi qu’il faut savoir prendre les bonnes choses de la vie et mettre de côté les moins bonnes sinon on n’est jamais heureux. Finalement c’est s’appliquer à soi, ce qu’on leur demande à eux.
          Une fois par an on s’organise un weekend exceptionnel avec l’argent que les grands-parents donnent à Noël et les ventes des vides-grenier. Je me dis qu’ils se font de beaux souvenirs et que c’est ça qu’ils garderont quand ils seront grands. Je suis persuadée qu’ils garderont le meilleur de ce que j’ai donné (avec mon mari).

        • Bonjour Profinette
          Votre message a retenu mon attention, C’est effectivement une bonne idée de rompre votre isolement et trouver un lieu d’échanges et de rencontre avec d’autres mamans partageant votre quotidien. ,Cela devrait vous permettre de mettre un peu à distance et relativiser ce que vous vivez.
          Le rôle de parents implique beaucoup de disponibilité, d’amour etc mais également d’imposer des frustrations et limites indispensables, Dans la vie on ne peut pas tout avoir tout de suite et tout seul, Il faut savoir dire non ! je rejoins Stéphanie dans ses commentaires, je suis sûre que vous en faîtes beaucoup et suffisamment ! alors laissez le râler ! Je ne suis pas sûre qu’une
          thérapie familiale soit nécessaire, mais peut être votre aîné peut rencontrer un professionnel qui décidera si thérapie individuelle est souhaitable voire entretiens familiaux. Un seul rendez vous peut parfois avoir des effets immédiats,
          Quand nos enfants nos déçoivent, (et ils déçoivent toujours un jour ou l’autre, cela ne se passe jamais comme on l’avait imaginé)
          il faut revoir nos « attentes » et lâcher prise. Les enfants déçoivent ? les parents aussi !!!! Gardez confiance
          Je reste à votre écoute A bientot