Activités

  • Joelle Kriss a publié une note il y a 6 mois et 3 semaines

    Bonjour à tous!
    Je m’appelle Joëlle. J’ai un fils de 4 ans.
    Depuis les 15 mois de mon fils, je sombre… Aujourd’hui je suis à bout!
    J’ai découvert le terme de burn out maternel en septembre 2018 et ça a été une révélation. Et depuis, je ne fais que de demander de l’aide… Sans succès.
    J’ai appelé ma gynécologue, association d’aide aux mamans, centre de psychiatrie pour enfants et ados, etc. Personne n’a pu m’aider ou me faire rencontrer un thérapeute qui saurait m’aider.
    J’ai déjà passé par une dépression en 2010 à cause de maltraitances subies étant enfantt. J’ai recontacté en 2016 le psychiatre qui me suivait en 2010 croyant que je replongeais en dépression, mais après 2 ans, mon état ne s’améliore pas. J’ai donc décidé de faire une pause psy. Surtout qu’entre temps, en « tapant sur Google » j’ai découvert le burn out maternel. Tous les symptomes décrits me parlaient.
    Aujourd’hui, je prends tjrs des anti-depresseurs mais ne suis pas du tout suivie. Je vis en Suisse, entre Genève et Lausanne, et je n’ai peut-être pas eu de chance mais je n’ai encore trouvé personne pour m’aider. Je vois pleins d’émissions en France et je suis contente de voir que les femmes en parlent. Par ici, ça me parait compliqué. Je me sens très seule dans ma douleur et ai l’impression d’être la seule mère qui vit cette situation. Je n’ose d’ailleurs même pas en parler à mes proches par honte de leur avouer que je ne m’en sors pas…avec seulement 1 enfant. Seul mon mari est au courant, et je le trouve assez passif face à tout ça… Mais en même temps, je le comprends. Il m’aide bcp avec notre fils et pour les tâches ménagères mais malgré ça, je n’arrive pas à sortir la tête de l’eau, je sombre chaque jour un peu plus. J’ai le sentiment d’avoir perdu le contrôle de ma vie, d’avoir perdu ma liberté et d’être prisonnière de ce rôle de mère au foyer que j’avais tant (trop) idéalisé.
    J’aurais encore tellement à écrire. Merci pour ce forum. Ça fait du bien de pouvoir taper sur un clavier ce que l’on a sur le coeur.
    Mais comme il se fait tard… Ou tôt… Je m’en vais quand même aller essayer de dormir… Ah! Vive les insomnies!! Bonne nuit
    J. Kriss

    • Bonjour Joelle
      Enchantée de faire votre connaissance.
      Le burn out maternel ne se limite pas à un pays. Partout dans le monde, des mamans vivent la même chose que vous. En Suisse comme ailleurs. Malheureusement, c’est encore tabou dans beaucoup d’endroits. En France, nous avons la chance, grâce à Stéphanie et à d’autres mamans, que le sujet soit de + en + abordé.
      Le nombre d’enfant n’a pas d’importance. Seul compte votre ressenti. Peut-être fait-il faire le point sur la différence entre ce que vous aviez imaginé et la réalité, voir ce qui est insupportable pour vous et comment modifier cela. Arrivez-vous à prendre des temps rien que pour vous ? Avez-vous des loisirs ? Il est très important que vous vous retrouviez en tant que femme. Car vous êtes la maman de votre fils mais vous êtes aussi Joëlle une femme avec ses qualités, ses défauts, ses désirs et ses angoisses. Vous devez vivre pleinement votre vie de femme pour vivre pleinement votre vie de mère.
      Je vous souhaite une bonne soirée de réveillon et je reste à votre écoute.