Activités

  • Corinne a publié une note il y a 2 ans et 8 mois

    Bonjour,
    Voilà j ai découvert ce forum en tapant simplement « maman épuisée » sur internet. J ai découvert ainsi le terme de burn out maternel…et je vous avoue que je ne sais pas si ç est mon cas mais une chose est sûre je vais mal et ce n est pas facile à dire, á admettre et à accepter. J ai 36 ans, j ai 3 enfants de 10 ans, 7 ans, et 2 ans et demi. Je travaille à mi temps depuis la naissance de mon 3e enfant. La vie de famille avec le travail n était pas tous les jours facile avant mon 3 e mais depuis sa naissance tout s est compliqué. ma fille de 10 ans et mon fils de 7 ans sont en guerre permanente entre eux, ils n arrivent pas a jouer ensemble sans disputes, et finir par se battre. En fait ma grande fille est très indépendante, aime jouer seule, lire ou passer du temps avec moi et mon garcon de 7 ans lui ne sait pas s occuper, et recherche sans cesse la présence de sa soeur, souvent par le biais de provocations, qui le rejette. Maintenant que mon 3e grandit, ç est un garçon aussi, il veut aussi jouer avec mon 2e qui a son tour le rejette….chaque journée passée avec eux trois à la maison est un supplice. Cris, coups, disputes. De mon côté depuis maintenant presque un an, je vais de plus en plus mal. J angoisse les veilles des jours où je suis à la maison, je m énerve pour un rien, je crie la plupart du temps. Je pleure souvent, et parfois devant eux. J appelle mon mari parfois au travail ou ma soeur, juste pour vider mon sac et pleurer. Je ne me sens plus la force d essayer de comprendre, de cajoler, d écouter…mais plutôt envie de renoncer. Mon mari travaille beaucoup et part quelquefois en déplacement. De ce fait je m occupe de la quasi totalité de la logistique à la maison. Ce qui m effraie aujourd’hui ç est que je n ai plus envie de me battre pour arranger les choses, je le sens submergée par le fatigue…quand mon dernier est à la sieste, je m isole pour lire. C’est ma seule bouffée d oxygène. Je ne passe plus de bon moments avec eux, j ai l impression de subir. mon mari part travailler beaucoup plus tôt que moi et pendant une 1 h30 le matin c’est un marathon entre l habillement, les déjeuners, les disputes, les caprices du 3 e, et emmener les 2 grands á l école et le 3e chez la nounou. J arrive au travail et je me sens déjà épuisée…j aime mes enfants et je culpabilise de ressentir autant de sentiments négatifs . J ai envie de renoncer, je me sens seule, et je devient indifférente. Je rêve de m isoler et de m éloigner d eux, et c’est un sentiment violent…et je ne vois pas d issue à ce mal être qui pèse sur toute la famille.

    • Bonjour Corinne
      Je pense qu’effectivement vous présentez les symptômes d’un « épuisement maternel » (fatigue, tristesse, colère, culpabilité….) comme beaucoup de parents qui se confient sur ce forum. C’est important de pouvoir retrouver un peu d’énergie en prenant soin de vous en vous accordant un peu de temps comme vous le faîtes lors de la sieste de votre petit garçon. Peut être votre médecin peut il vous aider sans tomber dans une médication trop lourde…
      Quels changements pourriez vous introduire dans ce cycle pour éviter justement que rien ne change et accentue votre mal être ?
      Vos deux aînés se « cherchent », que pourriez vous proposer à votre garçon pour qu’il « lâche » un peu sa soeur ? Ils ne semblent pas avoir
      les mêmes centres d’intérêt, pas grave, ils n’ont pas envie de jouer ensemble OK c’est comme cela aujourd’hui, Vous arrive t il de proposer et de jouer un petit moment à un jeu de société avec vos aînés ? Une ballade tous ensemble ? Derrière ces conflits se cachent aussi une rivalité fraternelle bien fréquente et puis en se disputant ils vous monopolisent et attirent votre attention et y trouvent chacun des « avantages » en vérifiant consciemment et inconsciemment la place individuelle supposée occupée par eux…. Les parents ont tous le souhait que leurs enfants s’entendent, mais
      la réalité est souvent différente, Les relations s’arrangent souvent quand ils grandissent. Essayez d’accepter qu’actuellement ils ne se supportent pas et privilégiez les « rares » ? moments où vous pouvez partager une activité avec vos aînés (peut être en confiant à ce moment là votre plus jeune à la nounou )
      Cette période ne durera pas, gardez confiance et surtout testez différentes solutions pour rompre ce cycle
      Faîtes nous partager vos tentatives

      • Merci pour votre message. Le simple fait d écrire et de décrire ma détresse m a fait beaucoup de bien. Je réalise petit à petit que le probleme viens de moi, de mes exigences d abord envers moi et ensuite envers mes enfants. À force de placer la barre trop haut je me décourage et me dévalorise sans cesse. Il me faut accepter que la vie de famille ne peut être parfaite, que mes enfants ne sont pas parfaits et que moi non plus, le tout sans me culpabiliser. Il y a deux semaines mes 3 enfants sont tombés malades en même temps. Un mardi mardi matin, au réveil mes 3 enfants avaient plus de 39 de Température. Je devais aller travailler ce jour là (je travaille à mi temps). J ai d abord songé à ne pas aller travailler pour m occuper d’eux et emmener le petit dernier consulter un médecin (les deux grands avaient vu le médecin la veille). Et tout á coup j ai ressenti une angoisse m envahir rien qu á l idée de passer toute une journée avec eux malades, grincheux avec des bagarres a n en plus finir…..et tout cela la veille d un mercredi….j ai alors décidé d aller travailler et j ai déposé mon petit dernier chez la nounou et les deux grands chez leur mamie. Ç est en arrivant au travail que je me suis effondrée, rongée par la culpabilité et l angoisse de ne pas être avec eux. J ai finalement quitté mon travail plus tôt afin d emmener le plus petit chez le médecin. Et le soir même je me suis dit que j avais touché le fond et que je voulais mieux que ca pour la famille et moi même. Aujourd’hui cette prise de conscience ainsi que la lecture du livre « mère épuisée  » et le visionnage de l émission mille et une vies sur le burn out maternel, je me sens comprise. Je ne culpabilise plus d avoir ressenti autant de mépris envers moi même et envers mes enfants mais je ne veux plus cela. Je sais qu il me reste du chemin à parcourir mais je le ferai en douceur. J ai récemment pris la décision de laisser mon peut dernier chez la nounou le lundi après midi alors que je ne travaille pas. Il m aurait semblé insensé auparavant de la faire. Mais cela fait deux lundi après midi que je le fais et ç est une véritable bouffée d oxygène dont je manquais cruellement…je récupère ainsi mes deux grands á l école nous goûtons et je suis plus disponible pour les aider à leurs devoirs alors qu avant ç était l enfer car le petit dernier m empêchait de faire les devoirs sereinement avec les deux grands. Je conseille vivement la lecture du livre de Stéphanie Allenou, je me suis reconnue dans beaucoup de situation, de sentiments ressenti. Ç est tres déculpabilisant. Je regrette seulement que dans mon département il n y ai pas de structure qui pourrait venir en aide aux parents, un lieu d accueil e t d échanges.

        • Merci de votre réponse et bravo à vous. Bravo pour la bienveillance à votre égard, le recentrage vers l ‘essentiel l’abandon » des
          sentiments de honte et de cupabilité qui plombent et ruinent l’estime de soi. Quelle que chose comme un déclic a eu lieu et vous avez su réagir. Je suis contente pour vous
          Dans quel département demeurez vous ? Près de quelle ville ? Je peux faire quelques recherches et vous communiquez des
          adresses. Sinon vous pouvez vous rapprocher de la mairie et du centre médico social voire des services de PMI protection maternelle infantile, ils rassemblent souvent les coordonnées des associations et autres structures qui pourraient vous intéresser.
          Tenez moi au courant
          Bien à vous

          • Bonjour,
            Merci pour votre message, il m’a fait beaucoup de bien….notamment le « bravo » qui me redonne un peu d estime (valeur que l on oublie vite dans cette situation). Je vis dans le département du Doubs. Je suis bien sûr intéressée si vous connaissez des adresses dans ce secteur.
            Merci encore. Je suis contente d avoir fait la decouverte de ce forum. Il y a peu de personnes capable d entendre notre peine et notre desarroi face à nos difficultés. Même si l on m écoute il m arrive souvent de ne pas me sentir comprise….