Activités

  • Chapauba a publié une note il y a 2 ans et 5 mois

    Bonjour, je rejoins ce forum car je me sens parfois à la limite du burn out maternel et je souhaite absolument éviter d’en arriver là.
    Je suis maman de 2 petits garçons : un de 16 mois et l’autre de 2 mois.
    Je me sens parfois totalement dépassée par toutes les contraintes quotidiennes. Mon ainé me prend énormément d’énergie et j’ai parfois l’impression de délaisser mon petit 2eme. Et à contrario, j’ai une relation plus « proche » de mon 2eme ce qui me fait énormément culpabiliser : je allaite alors que je n’ai pas allaité ainé etc… D’ailleurs concernant allaitement dans lequel j’avais mis beaucoup espoir, je suis très triste car mon bébé est en train de se sevrer. Je ne sais pas comment surmonter psychologiquement cette étape, cette séparation…
    En bref , outre la fatigue intense et la difficulté à gérer le quotidien, de nombreuses choses me questionnent, me culpabilisent et m’attristent…

    • Bonjour Chapauba
      Deux bébé aussi rapprochés, comment ne pas être fatiguée ? et oui il vous faut beaucoup d’énergie et peut être laisser de côté certaines choses du quotidien pour ne pas vous épuiser; Vous n’êtes certainement pas une superwoman, lâcher l’image d’une femme et mère idéale… C’est souvent difficile lorsque intervient le sevrage de l’allaitement que ce soit l’enfant qui « décide » ou lorsque les mamans, pour une reprise de travail, doivent s’y résoudre. Mais il vous restera encore de bons moments lors des biberons. Ne culpabilisez pas ni pour l’allaitement qui se termine, ni pour les moments que vous passez avec l’un en « délaissant » l’autre… les moments passés avec votre bébé de deux mois ne sont pas les mêmes que ceux que réclame votre aîné; C’est ainsi et vous avez le droit de vous sentir plus proche du deuxième actuellement, je suis sûre que vous aimez vos deux enfants mais avoir plus d’affinités avec l’un ne signifie pas que vous aimez moins l’autre !! votre aîné vous mobilise beaucoup, il réagit peut être ainsi à l’arrivée du second. Il manifeste ainsi son questionnement, « vais je être toujours aimé ? » les aînés ont besoin d’être rassuré à la naissance du second. Gardez confiance tout rentrera dans l’ordre rapidement
      N’hésitez pas si vous le souhaitez à m’expliquer ce que vous entendez pas toutes ces choses qui vous questionnent, culpabilisent et vous attristent, de quoi s’agit il ?
      A très bientôt

      • Bonjour, moi aussi j’ai trouvé difficile quand l’allaitement s’est arrêté mais j’avais été au bout de ce que je pouvais entreprendre (et cela faisait quand même plus de 9 mois). Parfois vers 2-3 mois il y a une chute de la production de lait qui correspond à un pic de croissance chez le bébé. Il y a pleins de moyens de relancer la lactation. La Leche ligue est super forte pour les conseils même s’ils sont vraiment pro-allaitement. Les mamans connaissent bien les mécanismes de l’allaitement. Peut-être que si vous êtes très motivée vous pourriez inverser les choses et faire repartir l’allaitement ? A vous de voir si vous en avez vraiment envie, ça peut aussi ne pas fonctionner. Peut-être aussi qu’avec le biberon vous allez trouver un autre rythme qui vous ira bien aussi ? Dans la vie je me dis souvent qu’il ne faut se démoraliser pour les choses qu’on ne peut pas changer. Je souhaite juste que vous puissiez choisir ou accepter.

      • Merci pour votre réponse.
        Justement, je me demande comment rassurer mon ainé. Je ressens certaines difficultés face à son comportement. Il est assez « râleur » et il « chouine » énormément. Il a du mal à respecter les quelques règles que je lui impose… Bref il me donne déjà beaucoup de fil à retordre, et ce, alors qu’il n’a que 16 mois.
        Sinon concernant l’allaitement, ma démarche va plus dans le sens d’une acceptation du sevrage car j’ai rencontré de très nombreuses difficultés et je baisse désormais les bras, mais avec tout de même un peu de tristesse…

        • Par son comportement, qui est aussi un « langage » votre aîné attire votre attention. Comment le rassurer ? Privilégiez certains moments avec lui, calins, racontez une histoire, partagez un jeu. Quand il chouine, mettez des mots sur son attitude  » Que se passe t il, tu n’es pas content ? Oh mais tu as l’air en colère,  » Cela ne le laissera pas « seul » face à ses émotions. C’est ce que font spontanément les mamans quand par exemple bébé s’impatiente pour le biberon. Souvent elles disent « voilà voila ça arrive, c’est bientôt prêt, .. et bébé, par ces paroles « rassurantes » n’est plus seul …Tenez moi au courant des effets de ces quelques « conseils »